Tanya, junior chez BeCode : “Je dirais à une femme qui hésite à se lancer qu’avec le développement web, elle peut créer tout ce qu’elle veut à partir de rien”

par Feb 23, 2021Actualités

Quand Tanya n’avait que 13 ans, elle rêvait déjà de commencer une carrière dans l’IT. En quittant le collège avec un diplôme en graphisme en poche, elle a décidé de se lancer dans une nouvelle aventure. Elle avait de plus en plus envie de se plonger dans l’informatique, elle a donc décidé de s’inscrire à notre formation en développement web à Liège. Envie d’en savoir plus sur son parcours chez BeCode ou sur le fait d’être une femme dans un domaine encore très masculin ? Alors lisez son interview ci-dessous !

Que faisais-tu avant de t’inscrire chez BeCode ?
“Je suis la plus jeune de la formation: j’ai 18 ans. Avant, je faisais des études techniques pour devenir infographiste.” 

Qu’est-ce qui t’a dirigée vers le code ?
“Depuis mes 13 ans, je suis intéressée par le code. Je m’étais dirigée vers l’infographie en me disant que c’était un entre-deux. Mais l’idée a toujours été d’aller vers l’informatique.” 

Pourquoi avoir choisi BeCode et pas une autre formation ?
“J’ai découvert BeCode en cherchant des formations en développement web sur internet. BeCode était la seule formation qui mettait en avant une pédagogie active. Je trouvais ça intéressant car cela correspondait parfaitement à ma façon de travailler. Je n’accroche pas aux méthodes trop scolaires.” 

Où en es-tu dans ta formation?
“On arrive à la fin de la formation. Il nous reste un projet sur React et puis, on part en stage.” 

Comment s’est passée ton expérience jusqu’ici chez BeCode ?
“Franchement, c’est génial. J’ai beaucoup grandi professionnellement. A l’école secondaire, on n’apprend pas nécessairement à travailler en équipe, à s’exprimer, à faire une présentation orale en anglais… Tout cela, je l’ai appris chez BeCode.” 

A ton avis, pourquoi y a t’il si peu de femmes dans les métiers de l’IT ?
“Dans ma classe on a presque la parité hommes-femmes. Mais je pense que la raison pour laquelle il y a généralement moins de femmes que d’hommes, c’est les préjugés qu’on a : c’est un métier d’homme, de gamer, de geek. Les filles ne sont pas forcément attirées par ça. Moi j’ai fait du graphisme et je trouve que la programmation, ça ressemble fort au processus de création : on part d’une page blanche et on la remplit.” 

“Personnellement, j’aime le front-end, on part de rien et on commence à créer. Ça n’a rien à voir avec un métier de garçon. Le code, c’est une porte ouverte sur le monde entier. C’est un métier où on peut s’ouvrir à plein d’horizons différents.” 

“C’est donc vraiment pour moi une question de préjugés, mais quand on va au-delà de ces préjugés, on voit que la réalité est toute autre.” 

Selon toi, que pourrait-on faire pour lutter contre ces préjugés?
“Comme on pense souvent que c’est pour les geeks et les gamers, j’imagine un cours de code qu’on aurait à l’école. Personnellement, quand j’étais en 2ème secondaire, j’ai eu un petit cours pour apprendre les bases de la programmation. J’ai pu créer une toute petite application, quelque chose de très basique, mais ça m’a donné envie d’aller plus loin. Je me suis dit “ce serait génial de pouvoir créer ce que je veux avec quelques lignes de code.”

“Je pense qu’en montrant à des jeunes enfants que le code existe, que c’est pour tout le monde et que c’est chouette, on pourrait changer les choses.” 

Penses-tu qu’on manque de rôles modèles féminins dans le domaine de l’IT ?
“C’est vrai que quand on pense à l’IT, on pense à Steve Jobs ou à Elon Musk. Mais je pense quand même à Margaret Hamilton, qui a été très importante pour le projet spatial Apollo de la NASA.”

“Bref, c’est une question de culture générale, aussi : il y a un choix de ce que l’on décide de mettre en avant.  Par exemple, BeCode donne des noms de femmes aux promotions, comme Margaret Hamilton ou Mary-Lou Jepsen.” 

A titre personnel, as-tu déjà été victime de discrimination ou de situations difficiles en tant que femme dans un domaine principalement peuplé d’hommes?
“Avant de faire BeCode, j’étais dans le graphisme, et dans ces études, j’ai accompli des stages. La première fois, on me demandait de faire du rangement et du travail administratif plutôt que ce pour quoi j’étais là, alors que certaines employées étaient des filles.” 

“Avant de commencer BeCode, je cherchais un emploi en tant qu’infographiste. Ma jeunesse et le fait que je suis une fille, j’ai l’impression que ça a beaucoup joué.  Quand on entend ma voix, j’ai l’impression que les gens imaginent une petite fille. Je ne me sentais pas très à l’aise dans ma recherche d’emploi.” 

Que penses-tu qu’on pourrait mettre en place pour lutter contre cela?
“Déjà, je pense avoir pris beaucoup d’assurance. Il y a beaucoup d’évolution par rapport à il y a six mois. Ensuite, Charlène et Caroline nous ont proposé des ateliers sur le point de vue du recruteur. C’était très intéressant car se mettre de l’autre côté du miroir, cela permet de savoir comment se comporter. Par exemple, plutôt que de passer un coup de fil à une entreprise pour se présenter, il vaut mieux envoyer un mail avec son CV complet, la liste de ses compétences, ses réalisations, son site internet réalisé avec les dernières technologies, etc..” 

Quel conseil donnerais-tu à une femme qui souhaiterait se lancer dans l’IT mais qui éprouve des réticences?
“Je dirais à une femme qui hésite à se lancer qu’avec le développement web, elle peut créer tout ce qu’elle veut à partir de rien. Dans tous les langages qu’elle pourra apprendre, elle aura l’occasion de discuter avec d’autres personnes.”

“Il y a donc une ouverture dans la création, une ouverture vers les gens et c’est un secteur où on n’arrête pas d’apprendre. Dans l’IT, il y a toujours de nouveaux langages, de nouveaux frameworks, de nouvelles librairies. Cela permet d’échanger avec les autres à travers le monde, d’apprendre de nouvelles choses.” 

C’est quoi la prochaine étape pour toi, après cette formation?
“Je voudrais trouver un job dans lequel je me sente bien, au même niveau que les autres, et qu’on fasse attention à mes compétences plutôt qu’au reste.”

Tu es intéressée par l'IT?

Alors notre Hackeuses Club, c’est ce qu’il te faut! Inscris-toi maintenant à nos promotions à Charleroi et Liège.  

 

Latest news

Recent articles

[Meet the team]: Ibe Denaux, coach AI et fan de robotique

[Meet the team]: Ibe Denaux, coach AI et fan de robotique

Après avoir travaillé en tant qu’ingénieur pendant quelques années, ibe a voulu changer de vie. Une nouvelle opportunité s’est justement présentée à lui, réunissant sa passion pour l’IT et l’éducation. Il a donc décidé de faire le grand saut et a rejoint l’équipe...

Jr Business Development Manager Bruxelles

Jr Business Development Manager Bruxelles

Passionnée par la scène tech bruxelloise et désireuse de travailler dans une entreprise dynamique à impact social, BeCode recherche un Business Community Manager. Vous serez chargée de développer les relations avec le monde des entreprises à Bruxelles, de les inciter...