Bastien, Junior Web Dev à Liège : “Dans ma vie scolaire, j’ai connu plusieurs échecs, donc ça fait beaucoup de bien de se rendre compte qu’on est capable de réussir quelque chose.”

par Apr 13, 2021Actualités

Après avoir essayé plusieurs types d’études, Bastien s’est rendu compte que la méthode d’apprentissage conventionnelle ne fonctionnait pas pour lui. Souhaitant se réorienter dans un domaine d’avenir, il a découvert BeCode et sa méthodologie. Aujourd’hui, il arrive à la fin de sa formation en développement web. Vous souhaitez découvrir l’histoire de Bastien ? Lisez son interview ci-dessous :

Que faisais-tu avant de rejoindre la formation BeCode ?
“J’ai eu un parcours un peu compliqué. Après les études secondaires, j’ai essayé d’étudier l’informatique de gestion, mais ça ne me convenait pas. J’ai ensuite entamé un Bachelier pour devenir éducateur spécialisé, mais ça n’a pas été non plus.”

“Je devais absolument me réorienter, or, j’ai toujours été passionné par l’informatique et l’apprentissage scolaire n’a jamais fonctionné pour moi. BeCode, c’était donc ce qu’il me fallait.”

Peux-tu nous en dire plus sur ce qui t’a motivé à t’inscrire?
“Tout d’abord, le développement web, ça me donnait plus envie que l’informatique de gestion car il y a un aspect très créatif.”

“La méthodologie et le fait que le programme soit court ont fini de me convaincre : vu mon âge, je ne pouvais pas me lancer dans un parcours de plusieurs années.”

Comment se passe ta formation pour l’instant ?
“Ça se passe très bien. J’ai appris énormément de choses en quelques mois, j’adore ce que je fais au quotidien et l’ambiance de groupe est exceptionnelle.”

Où en es-tu dans ta formation ?
“On s’apprête à commencer le dernier projet. On approche donc de la fin de la formation et du stage.”

Parmi tous les projets sur lesquels vous avez eu l’occasion de travailler, y en a t’il un qui t’a particulièrement marqué ?
“Dans le cadre d’un projet, on a créé un forum de A à Z avec du PHP. C’était très difficile au début car on n’avait pas encore appris ce langage, mais ça s’est vite révélé être une très chouette expérience. On a dû faire un design en Pixel Perfect, ce qui nous a permis de travailler sur le front-end également.”

“En travaillant sur ce projet, je me suis rendu compte qu’on entrait dans les choses sérieuses.”

” J’ai appris énormément de choses en quelques mois, j’adore ce que je fais au quotidien et l’ambiance de groupe est exceptionnelle.”

Dans la dernière partie de la formation, tu auras l’occasion de choisir une technologie dans laquelle tu pourras te spécialiser. Ton choix est fait ?
“Oui, je pense. Je vais m’orienter vers le front-end et je pense miser sur React, JavaScript et WordPress.”

Quel serait ton job de rêve ou ton projet d’avenir ?
“J’ai un projet en tête : ouvrir une petite société avec un ami qui est également en formation chez BeCode. J’ai déjà une idée d’application, mais ça reste très abstrait car nous travaillons déjà sur plein de projets à BeCode.”

“Mais dans un premier temps, quand j’aurai fini BeCode, j’aimerais travailler pendant au moins un an dans une petite entreprise pour acquérir plus d’expérience.”

Qu’est-ce qui a changé dans ta vie depuis que tu as intégré BeCode ?
“Beaucoup de choses. Tout d’abord, la confiance en soi. C’est très gratifiant de voir que l’on réussit à créer des choses et quand on est dans une dynamique de groupe très positive où l’on peut compter les uns sur les autres pour avoir de l’aide.”

“Dans ma vie scolaire, j’ai connu plusieurs échecs, donc ça fait beaucoup de bien de se rendre compte qu’on est capable de réussir quelque chose.”

“C’est aussi un renouveau en termes de personnes rencontrées, qu’il s’agisse des coachs ou de mes collègues de formation.”

Dans l’IT, seul un employé sur quatre est une femme. à ton avis, quelle est la raison de ce chiffre ?
“C’est difficile de répondre à cette question. Je pense qu’il y a vite eu un cliché très masculin de ce secteur, comme c’est le cas par exemple pour les mécaniciens. Or, tout le monde peut faire ce métier. D’ailleurs, dans ma promotion, il y a autant d’hommes que de femmes. Ça se passe très bien, autant pour les filles que pour les garçons.”

Selon toi, que pourrait-on mettre en place pour encourager plus de femmes à se lancer dans les métiers du numérique ?
“Je pense qu’avoir des coachs féminins, ça joue, car cela montre qu’il est possible d’être une femme et de travailler dans ce milieu.”

Vous souhaitez suivre notre formation en développement web ?

Génial! – Nous avons de nouvelles classes débutant à Gand, Charleroi et Liège.

 

Latest news

Recent articles