[Meet the team] Maxim, Coach AI

par Juin 1, 2021Actualités

Après un parcours scolaire sinueux, Maxim a trouvé chez BeCode ce qu’il avait toujours cherché : un parcours d’apprentissage pratique qui lui permettrait de se lancer dans une carrière dans un domaine d’avenir. Après avoir travaillé dans le privé pendant un an, la passion de Maxim pour l’entraide l’a rappelé chez BeCode. Et il semble que cette décision ait été la bonne, puisque sa deuxième promotion en tant que coach vient de débuter. Envie de découvrir son histoire ? Alors lisez son interview ci-dessous!

Peux-tu nous parler de toi ?
“Tout a commencé il y a 24 ans. J’ai grandi dans une bonne famille dans laquelle je n’ai manqué de rien, mais une fois que j’ai commencé à aller à l’école, j’ai commencé à éprouver des difficultés. En primaire, tout allait bien, mais par la suite, c’est devenu difficile pour moi de m’adapter au système éducatif traditionnel car je ne suis pas fait pour ça. A 18 ans, j’étais en 3ème secondaire et j’ai décidé d’arrêter l’école.”
“Cela dit, il était important pour moi d’avoir un diplôme en poche. J’ai donc commencé une formation pour devenir éducateur spécialisé. La formation se concentrait surtout sur la pensée critique et les compétences analytiques. Après avoir obtenu ma certification, j’ai commencé à travailler dans le domaine. J’ai travaillé dans des centres pour personnes handicapées mentales ou physiques, mais nous étions en sous-effectif et je n’avais pas le sentiment d’être utile.”
“J’ai toujours aimé l’informatique. La formation de BeCode en développement web m’a donc semblé être la meilleure chose à faire. Quand j’ai découvert la pédagogie active, j’ai eu le sentiment que c’est ce que j’avais toujours recherché dans ma vie. J’ai décidé de tenter ma chance.”
“Plus tard, la première formation en IA de BeCode allait débuter à Bruxelles. Mes coachs m’ont encouragé à m’inscrire car ils étaient convaincus que je serais un bon candidat. J’hésitais un peu, mais je me suis inscrit et j’ai été sélectionné. Beaucoup de mes collègues de formation en IA avaient déjà un master en poche, et au début, je me sentais un peu inférieur. Mais quelques mois plus tard, je me suis rendu compte que je me débrouillais très bien.”
“A la fin de la formation en IA, j’ai fait un stage chez un des partenaires de BeCode, Faktion. Ils m’ont proposé un contrat à la fin du stage et j’y ai travaillé un peu plus d’un an. Faktion est une des meilleures entreprises belges actives dans le domaine de l’intelligence artificielle. J’y ai donc appris énormément de choses. L’équipe était aussi vraiment chouette.”
“Après un an, je commençais à ressentir à nouveau le besoin de contribuer à une mission sociale. Je suis fait pour aider les autres, et là, j’avais le sentiment de passer 8h par jour à aider une entreprise à augmenter ses revenus. A ce moment-là, BeCode était à la recherche d’un coach pour leur campus de Bruxelles. J’ai postulé et BeCode m’a accueilli à bras ouverts. Avec Xavier, j’ai géré la deuxième formation en IA à Bruxelles. Ma toute première promo en tant que coach principal vient de démarrer.”

Comment as-tu découvert BeCode ?
“J’ai découvert BeCode sur Google. Je cherchais des formations en pédagogie active. Au début, c’est la pédagogie qui m’a attiré, mais j’ai vite éprouvé un intérêt pour la formation en elle-même.”

Après avoir été apprenant chez BeCode, tu as rejoint l’équipe en tant que coach. Qu’est-ce que tu préfères dans ton travail ?
“La flexibilité et la liberté. Certaines semaines, il y a beaucoup de pression, plein de choses à gérer, ce qui te donne l’impression de ne pas pouvoir reprendre ton souffle. Mais d’autres semaines, c’est plus calme et tu as l’occasion d’avoir des discussions individuelles avec les juniors et de préparer de nouvelles activités. J’aime me challenger, donc ça me donne beaucoup d’énergie.”

Comment s’est passée ta première expérience en tant que coach ?
“Lorsque j’ai intégré le secteur, j’ai été impressionné : tous les gens dans le monde de l’informatique souffrent du syndrome de l’imposteur. En tout cas, c’était mon cas lorsque je travaillais chez Faktion et lorsque j’ai rejoint l’équipe BeCode en tant que coach. Je me demandais sans cesse si j’étais assez doué pour enseigner aux juniors et si j’étais assez bon pour être aimé par eux. Quand je doutais, mes collègues m’ont apporté beaucoup de soutien. Aujourd’hui, je me sens assez confiant pour guider ma prochaine promotion vers son nouveau parcours professionnel. C’est passionnant de voir les progrès que j’ai accomplis en chemin.”

Si tu te compares à la personne que tu étais quand tu as entamé ta première formation BeCode, quelle évolution vois-tu en toi ?
“J’avais peu confiance en moi. Je pensais que je ne pourrais pas apprendre de nouvelles choses. BeCode a vraiment boosté ma confiance en moi. J’ai commencé à me voir comme quelqu’un qui est capable d’apprendre de nouvelles choses et qui peut gérer dans des situations nouvelles. J’espère continuer à apprendre de nouvelles choses et à encore booster ma confiance en moi.”

Revenons à l’IA. Comment décrirais-tu l’IA à quelqu’un qui ignore de quoi il s’agit ?
“L’IA, c’est très différent de la façon classique de programmer. Ici, vous donnez une entrée et en fonction des règles qui alimentent le programme, vous obtiendrez une sortie spécifique. L’IA, c’est encore autre chose, car cette technologie essaie de déterminer les règles de manière indépendante en fonction des données qu’elle reçoit.”

Les gens ne s’en rendent pas toujours compte, mais l’intelligence artificielle est partout autour de nous. Peux-tu nous donner quelques exemples de notre vie de tous les jours ?
“Lorsqu’on utilise des services comme Tinder, des algorithmes étudient notre profil afin de nous présenter des profils qui correspondent à nos centres d’intérêt.”
Après avoir eu un accident, vous vous rendez au garage pour faire réparer les dégâts. Les garagistes sont de plus en plus nombreux à prendre des photos des dégâts avec une appli qui peut prédire combien coûtera la réparation des dégâts.

“Ce type d’applications est également utilisé par les compagnies d’assurance. Les décisions sont de plus en plus prises par des machines.”

Quel est ton module préféré de la formation ?
“Mon module préféré à enseigner ou bien à faire?”

Les deux.
“A enseigner, je dirais Python. C’est cool de fournir aux personnes qui ne savent pas coder en Python les bonnes pratiques utilisées dans l’industrie.”
“Pour pratiquer, je dirais le traitement du langage naturel (NLP). Avant, je préférais la computer vision, mais quand j’ai commencé à travailler pour Faktion, j’ai dû beaucoup travailler avec le NLP. C’est très demandé en ce moment.”

Tu as donc pu combiner tes deux grandes passions en donnant la formation AI fundamentals.
“Exactement. J’ai pu transmettre les bonnes pratiques à des personnes qui savaient déjà un peu coder et les soutenir dans la réalisation de leurs projets. Mais je dois admettre que je préfère de loin travailler sur des projets plutôt que de travailler sur des technologies.”

Sur quels projets as-tu travaillé ?
“Lorsque j’étais encore apprenant chez BeCode, on a dû travailler sur un projet de red line. J’y ai travaillé avec Xavier. Nous avons développé un système utilisant une caméra et un logiciel de reconnaissance faciale, qui pouvait noter votre présence en entrant dans la classe. Le système savait à quelle heure vous arriviez et partiez. Il pouvait détecter si vous arriviez en retard ou si vous partiez en avance. Comme j’ai également suivi la formation sur le développement web, j’ai pu créer un tableau de bord sympa pour ce système. Nous avons pu tester la solution développée pendant une semaine. C’était amusant, mais nous avons arrêté de l’utiliser par la suite, car nous n’étions pas tout à fait sûrs de la légalité d’un tel système. Et c’est le problème avec l’IA. Il n’est pas toujours évident de savoir si votre solution est éthique ou non.”

Beaucoup de personnes ont peur de l’IA. Selon toi, quels sont les dangers de cette technologie ?
“Pour former un modèle en intelligence artificielle, on a besoin de données historiques et ces données sont biaisées. Si on laisse un modèle prédire si l’on va ou non proposer un prêt à quelqu’un, la décision sera basée sur les décisions précédentes. Les humains sont biaisés.”
“Si on laisse un enfant observer la société sans intervenir, il risque de reproduire le comportement des autres. Pour éviter que cela ne se produise, vous devez le corriger en cours de route. C’est la même chose avec l’IA. Vous devez prendre le contrôle des données pour qu’il n’y ait pas de biais.”

Ce domaine évolue très rapidement. Comment restes-tu à jour ?
“Je lis énormément et je reste en contact avec mon réseau.”
“Chez BeCode, on a des ‘dev days’. Un jour par semaine, les coachs passent une journée par eux-mêmes pour pouvoir se concentrer sur des projets de développement. Ces projets permettent de mettre la théorie en pratique.”

Sur quels projets travailles-tu actuellement ?
“Je travaille sur une application qui peut analyser toutes les offres d’emplois disponibles dans le domaine du développement web, de l’IA et du DevSecOps sur internet. Ces données seront utilisées pour déterminer les technologies qui sont les plus demandées dans ces postes. Si on décide d’inclure ces technologies dans notre curriculum, on aura ainsi pris cette décision sur base de la réalité du marché de l’emploi.”

Sur quel genre de projets aimerais-tu travailler par la suite ?
“Je suis en train de voir avec Ludovic si je peux travailler sur MyBeCode. On verra ce qu’il en ressort.”
“Mes prochains projets dépendront des besoins de BeCode.”
“Ce serait génial d’avoir un outil qui permet de suivre la progression des apprenants. Cela nous permettrait de voir dans quelles phases de la formation ils ont le plus de chances d’avoir des difficultés.”

Où te vois-tu dans dix ans ?
“Je n’en ai aucune idée. J’espère que j’apprendrai encore de nouvelles choses et que je ne serai pas coincé dans un job que je n’aimerai pas. Tant que j’apprends de nouvelles choses et que je peux faire quelque chose que j’aime, je suis heureux. C’est ça que je veux dans dix ans : être heureux.”

Souhaites-tu ajouter quelque chose ?
“Il ne faut pas avoir peur. Je sais que BeCode, c’est pas pour tout le monde. On a une approche pédagogique un peu différente et certains sujets que l’on aborde sont difficiles, mais avec tout ce qu’on met en place, on peut vraiment vivre une expérience incroyable, même si on ne va pas jusqu’au bout. Il n’y a jamais rien à perdre.”
“Quand je me suis inscrit à la formation en IA, j’avais aussi le sentiment que ça serait trop dur pour moi. J’ai toujours été nul en maths et je pensais donc que je n’y arriverais pas, même si le domaine m’intéressait beaucoup. Chez BeCode, on s’en fout de ça. On travaille avec des données donc il faut aimer ça, mais si on doute de soi juste à cause des maths, ça ira. BeCode, c’est le bon point de départ pour une nouvelle carrière.”

Latest news

Recent articles

Program Manager

Program Manager

Job overviewWe are looking for a Program Manager who will support our pedagogical team by focusing on (new) projects in content & program design, acting as a Project Manager. Would you like to contribute to the development of the training offer and pedagogical...

Marketing & Communication Officer Brussels

Marketing & Communication Officer Brussels

Job overviewWe are looking for a Marketing & Communication Officer who demonstrates a generalist experience combining track records in digital and community management with experience in traditional communication channels and copywriting! Would you like to...

Aline, web dev junior à Liège : “BeCode va me permettre d’avoir un travail pour lequel je n’aurai pas la boule au ventre le matin. En me levant, je pourrai dire ‘Chouette! Je vais travailler!'”

Aline, web dev junior à Liège : “BeCode va me permettre d’avoir un travail pour lequel je n’aurai pas la boule au ventre le matin. En me levant, je pourrai dire ‘Chouette! Je vais travailler!'”

D’opératrice en call center à développeuse web. Aline a décidé qu’il était temps pour elle de changer de carrière et de se lancer dans un domaine dans lequel elle pourrait s’épanouir. Et c’est précisément ce qu’elle a fait en s’inscrivant à notre formation en...