[Meet the Team] A la rencontre de Kanchan

par Oct 16, 2020Actualités

BeCode est une équipe de 40 personnes motivées qui mettent tout en oeuvre pour proposer une formation de qualité à nos apprenants. Donc on vous propose de venir en coulisses et de rencontrer notre équipe.

Aujourd’hui, on vous présente Kanchan, Head of Region en Wallonie.

Peux-tu nous parler un peu de toi ?
“Je déteste cette question, vous voulez savoir pourquoi ?” (Rires)

Pourquoi ?
“Parce que je trouve que c’est une question bizarre… Que voulez-vous savoir ?”

Parle-nous de ton enfance, de tes études, de ce que tu faisais avant…
“D’accord, je vais commencer par mon ancien travail. On verra si vous voulez toujours savoir comment était mon enfance après. Ma carrière professionnelle peut être divisée en trois parties. La première est celle où j’ai étudié l’informatique et où j’ai commencé à travailler comme programmeuse. J’ai travaillé comme programmeuse pendant 12 ans avant de venir en Belgique. Quand je suis arrivé en Belgique en 2012, j’ai décidé de faire un changement de carrière, ce qui est la deuxième partie de ma carrière professionnelle. J’ai commencé à travailler dans la gestion de projets et de services, donc pas de programmation. Mais cela me manque. La troisième partie de ma carrière est chez BeCode, qui combine ma passion pour la programmation et mon expérience en gestion de projets avec une mission sociale. Ca, c’est ma carrière en bref.”

“Avant de commencer ma carrière, j’ai étudié l’ingénierie électronique en Inde. J’ai vécu à Mumbai et j’y ai fait la plus grande partie de ma scolarité. La plupart des écoles en Inde choisissent l’anglais comme langue principale, donc mon éducation s’est faite en anglais. Après l’ingénierie électronique, j’ai suivi un programme de formation tel que celui de BeCode, un cours de six mois où j’ai été formée à l’informatique avancée. Je n’ai pas appris 4 langages de programmation, mais 12, tels que CSS, C++, Javascript, XML, PL/SQL, … Je ne me souviens même plus de tous. Mais c’est ainsi que je suis passée de l’ingénierie électronique à l’informatique.”

Pourquoi as-tu alors décidé de rejoindre BeCode ?
“J’ai vu une annonce sur LinkedIn, qui avait été publiée par Karen. À l’époque, je travaillais chez Accenture et Karen y était allée plusieurs fois pour donner des conférences en tant que femme inspirante. Certains collègues m’ont encouragée à parler de l’annonce à Karen, car ils pensaient que c’était quelque chose pour moi. Déjà chez Accenture, je travaillais sur l’inclusion et la diversité dans l’entreprise, ce qui m’a donné beaucoup d’énergie. Donc, quand j’ai parlé à Karen et que j’en ai appris plus sur le projet, j’ai senti que c’était la combinaison parfaite de mes compétences en programmation et de mon expérience du projet. C’est aussi un projet qui vise à initier les gens à l’informatique. Mais c’est la mission sociale et Karen en particulier qui m’a fait accepter l’offre de BeCode. C’est pas une question de mélodrame ou de célébrité qui viennent avec le fait de changer la vie des gens, mais je suis quelqu’un qui aime aider les gens. Parfois, j’ai une journée pourrie, mais si je suis capable d’aider quelqu’un, ça rend ma journée tellement meilleure. Même dans le rôle que je joue aujourd’hui, je suis toujours en contact avec mes juniors. Je les connais tous et ils savent qu’ils peuvent toujours me contacter. Je trouverai toujours un moyen de les aider, même si cela implique de faire un effort pour le faire. C’est comme ça que je tire mon énergie de mon travail. BeCode me donne cette énergie et c’est pourquoi j’ai décidé de travailler pour l’entreprise.”

Qu’est-ce qui te plaît le plus chez BeCode ?
“Comme je l’ai dit, j’aime aider les gens, mais parfois j’aide un peu trop. On m’a dit à la maison que je dois parfois me protéger en premier car les gens ne sont pas toujours reconnaissants quand on les aide. Mais pour être honnête, je ne le fais pas pour la gratitude, mais parce que cela me rend heureuse. C’est pour cela que je m’écarte de mon chemin pour aider les gens. J’ai cette chance ici tous les jours, c’est donc ce qui me rend si heureuse chez BeCode.”

Et quels sont les défis auxquels tu es confrontée dans ton travail ? 
“Il y a toutes sortes de défis, mais je n’aime pas ce mot. J’ai dit à Alex (Head of Pedagogy) et Sarah (CFO) lors de mon entretien d’embauche que je n’aime pas le mot “défis” parce qu’il me donne l’impression que vous voulez réaliser quelque chose et ensuite vous en débarrasser. Pour moi, chaque problème est une opportunité de s’améliorer. Si vous avez un emploi stable et sans problème, vous ne progresserez pas autant. S’il y a des hauts et des bas, vous en apprendrez beaucoup. Les problèmes sont une façon de se forger le caractère. Tout ce que je suis capable de résoudre pour moi, mon équipe ou mes juniors, me fait du bien. Je crois que si nous travaillons ensemble pour y faire face, nous pouvons ressentir la gratitude de tous au lieu de la considérer comme une réussite personnelle.” 

“Mais il y a toutes sortes de problèmes auxquels on peut être confronté chez BeCode. Qu’il s’agisse de garder les partenaires ou les juniors heureux, de traiter les plaintes. La Covid nous a ouvert les yeux sur beaucoup de choses. Nous pouvons maintenant travailler à distance et nous en étions heureux au début, parce qu’on peut faire beaucoup de choses chez soi. Mais à la maison, je ne fais pas beaucoup de pauses, je mange derrière mon bureau, je vais faire pipi quand je ne peux absolument plus me retenir, donc je travaille plus. Ce n’est même plus travailler à la maison, c’est plutôt vivre au travail. Mais venir sur le campus et rencontrer des gens, c’est une forme d’énergie. En fait, on veut tous être sur le campus. En voyant la situation, il n’a pas été facile de s’en rendre compte, mais c’est là que se trouve le défi. J’ai trouvé incroyable d’avoir l’opportunité de pouvoir chercher une solution. On ne fait jamais partie de l’équipe de gestion de crise dans une grande entreprise. La possibilité de gérer une telle crise et de trouver un modèle d’apprentissage qui satisferait nos partenaires et nos étudiants, c’est quelque chose que vous n’aurez pas dans un emploi en entreprise. Cela m’a également beaucoup appris, ce qui est pour moi plus important que de relever un défi et de le surmonter.”

Quelle est la chose la plus importante que tu as apprise sur toi depuis que tu as rejoint BeCode ? 
“Quand je travaillais depuis deux ou trois ans chez Accenture, il y a eu une formation réservée aux femmes. Cette formation nous a permis de mieux nous connaître et d’en apprendre davantage sur nos limites et nos points forts. Comme je vous l’ai dit plus tôt, mon caractère est construit sur les obstacles que j’ai dû surmonter. J’ai toujours su que j’étais résistante et j’ai toujours su ce que j’aimais ou pas.”

“Chez BeCode, je n’ai rien appris de nouveau sur moi, mais j’ai été rassurée par le fait que je suis une teamplayer. J’aime travailler avec les gens, donc je ne dirige pas mon équipe, mais je gère mon équipe. Ils peuvent exprimer leurs opinions et j’en tiendrai compte au moment de prendre une décision. Je ne prends pas les décisions à leur place, mais plutôt avec eux. Mon équipe apprécie beaucoup cela.” 

“Cela fait dix mois que je travaille ici et j’ai toujours été très heureuse. Si je dis à mon équipe aujourd’hui que j’aurai besoin d’aide, ils ne se soucieront pas de savoir si c’est entre 9h et 17h, ils m’aideront quoi qu’il arrive. Quand ils me voient en ligne à 20 heures, ils me disent que je ne suis pas censée travailler à cette heure-là et me demandent d’éteindre mon ordinateur. Pour moi, c’est vraiment un accomplissement d’avoir une équipe qui se soucie autant de vous. Ma conviction que vous ne pouvez pas tout faire seul et que vous avez besoin d’une équipe pour réaliser quelque chose, s’est renforcée.”

Chaque problème est une opportunité de s’améliorer

Chaque jour, il y a un petit feu à combattre, mais chaque feu que vous combattez vous rend plus fort

Quel a été ton moment préféré chez BeCode jusqu’à présent ?
“Il est difficile de choisir un seul moment. Pour moi, ce sont les petites choses qui comptent. Les plus grands accomplissements seront toujours là, mais ils ne vous rendent pas nécessairement heureux. Quand quelqu’un me dit d’éteindre mon ordinateur à 20 heures ou quand il m’implique dans une discussion, ces choses-là comptent pour moi. Lors de mon évaluation intermédiaire, l’une des remarques a été que je ne me soucie pas du problème et que j’essaie simplement d’y trouver une solution de toute façon. Cela ne me dérange pas de faire ce qui doit être fait. Je suis du genre à faire des choses et quand quelqu’un voit cela, c’est ce qui compte vraiment.”

“Je m’en fiche, j’espère vraiment que vous n’allez pas mettre ça dans l’interview.”

Tout ce que tu nous dis sera dedans.

“Alors, vous pourrez dire à Karen, et je lui écrirai aussi un e-mail pour le lui dire : ça ne me dérange pas de ne pas atteindre mes KPIs ou objectifs. Mais si un membre de mon équipe n’est pas satisfait de la façon dont nous travaillons ou s’il estime que je ne le soutiens pas suffisamment, cela me rendrait vraiment malheureuse. Les KPI sont importants et nécessaires, mais pour moi, ils sont secondaires. Les gens passent toujours en premier, car ce sont eux qui rendent tout possible. Vous pouvez avoir un campus et les meilleurs équipements, mais ce sont les gens qui font que tout se passe bien. Si vous n’avez pas de département marketing, vous n’avez pas de juniors. Si vous n’avez pas de coachs, vous n’avez pas besoin de juniors.”

“J’espère que tout le monde ressent la même chose pour son équipe. Nous sommes une petite entreprise et on connaît tout le monde. C’est une grande différence avec la vie en grande entreprise, parce que là bas, tu n’évoques qu’une adresse mail ou un son de voix aux gens. Pour moi, il est très important de connaître votre équipe.”

Si tu devais résumer le BeCode en un seul mot, lequel serait-ce ?
“C’est difficile, un seul mot. Que signifie BeCode pour moi ou ce qu’il représente ?”

Ce que BeCode signifie pour toi. 

“Si je devais le résumer en un seul mot, je dirais “opportunité”. C’est une opportunité pour moi d’aider les gens, c’est une opportunité pour nos juniors d’avoir une seconde chance d’avoir une nouvelle carrière dans l’informatique, c’est une opportunité pour nous d’être le plus petit catalyseur du changement dans la vie des gens.”

Souhaites-tu ajouter quelque chose ?
“Non, je pense vous avoir bien expliqué comment je me sens. Même si vous m’avez envoyé les questions à l’avance, je n’ai pas réfléchi aux réponses. Je vous donnerais les mêmes réponses dans mon sommeil, puisque c’est vraiment ce que je ressens.”

“Chaque jour, il y a un petit feu à combattre, mais chaque feu que vous combattez vous rend plus fort. Comme dans – je ne sais pas si vous êtes tous les deux fans d’Harry Potter – ?”

Oui.

“Vous souvenez-vous du prisonnier d’Azkaban ? Quand Harry pense que son père fait le charme du patronus de l’autre côté du lac, mais que c’est en fait lui qui le fait ? Je peux le comprendre. Si j’ai déjà traité un problème auparavant et que j’ai pu trouver une solution, il est plus facile de le refaire.”

“Je n’ai jamais travaillé dans le secteur social, donc tout cela était nouveau pour moi. Mais je suis quelqu’un qui quand elle va se lancer dans une aventure, ne va pas avoir peur de se salir les mains. Pour moi, c’est la meilleure façon d’apprendre. Qu’il s’agisse de faire des affiches ou d’organiser un atelier de salesforce. Je ne suis pas seulement enthousiaste à l’idée de cet atelier pour les juniors, mais aussi pour moi-même. Je veux vivre une vie où je suis enthousiaste et curieuse, parce que si vous ne savez pas ce que les juniors apprennent, vous ne pouvez pas les aider. Vous ne pouvez pas convertir une inscription en candidat si vous ne savez pas ce que font les juniors une fois qu’ils ont demandé à suivre la formation.”

“Je pense que l’une des raisons pour lesquelles Karen m’a choisie est la combinaison que j’apportais. Et c’est en fait la meilleure façon pour moi de combiner mes deux passions.”

Incroyable, merci !

Latest news

Recent articles

[Meet the learners] A la rencontre de Mathieu

[Meet the learners] A la rencontre de Mathieu

Mathieu ne trouve pas son tour dans l'enseignement traditionnel et décide de mettre fin prématurément à sa carrière scolaire. Néanmoins, sa passion pour l'informatique l'a persuadé de suivre non pas un, mais deux cours à BeCode. Découvrez sa trace (BeCode) ! Peux-tu...

Business Development Manager Wallonie

Business Development Manager Wallonie

Rapports à Head of Region Wallonie Aperçu de l’offre Nous avons récemment développé notre stratégie de revenus pour soutenir notre expansion rapide et devenir pleinement durables grâce à une offre de services de recrutement et de formation. Nous recherchons donc un...