A la rencontre de Nicolas, apprenant web dev chez BeCode

par Oct 26, 2021Actualités

Après une carrière dans l’horeca, Nicolas souhaitait prendre le grand virage du digital et ainsi faire carrière en tant que développeur web. Après une formation intensive chez BeCode et un hackathon couronné de succès, Nicolas nous raconte son histoire et son expérience en tant que développeur web en herbe.

Avant BeCode

Abel: Qu’est-ce que tu faisais avant de rejoindre BeCode ?
Nicolas: Avant BeCode, j’ai eu une carrière de 16 ans dans l’Horeca. J’ai monté les échelons progressivement pour finir manager. Ensuite, je me suis lancé en tant qu’indépendant. Après 2 ans, j’ai décidé d’arrêter et de chercher un autre projet de carrière. Ça a pris 9 mois pendant lesquels plusieurs institutions bruxelloises m’ont renseigné, dont une mission locale. 

A : Vers quelle institution t’es-tu tourné pour tes recherches ? 
N : La Mission Locale d’Ixelles. Ils m’ont dirigé vers un nouveau projet, en 2019. J’ai fait des exercices de code en ligne, sur Open Classrooms, pendant 6 mois, pour voir si ça me plaisait. Ça m’a beaucoup plu, du coup j’ai cherché une école de codage qui était certifiante et qui pouvait m’apporter un stage. Donc j’ai visité un certain nombre d’endroits (BeCode, MolenGeek, EPFC et d’autres) pour comparer.

A: Qu’est ce qui t’as poussé à rejoindre BeCode au final ?
N: C’était vraiment la possibilité de stage et aussi par rapport aux critères de sélection. Généralement, ce genre de formations sont disponibles jusqu’à 28-30 ans. J’en avais déjà 34, et donc ça m’a naturellement redirigé vers BeCode. Il y a aussi le fait que c’est une formation rapide. 

A: Quand tu as fait ton choix, comment est-ce que tu t’es préparé pour la formation ?
N: D’abord, j’ai pris des cours sur SuperProf pour pouvoir me préparer aux tests. Il y avait aussi des ateliers de préparation aux sélections organisés sur le campus de BeCode. J’y ai participé. Finalement une trentaine de personnes ont été sélectionnées pour intégrer la formation. Entretemps, il y a eu le COVID, mais personnellement j’ai eu de la chance de ne pas trop attendre: j’ai passé mes tests en août et la formation a débuté en septembre. 

A: Est-ce que tu te souviens de la manière dont se sont passées les sélections ?
N: C’était vraiment chouette ! Il y avait une partie qui se passait en petits groupes avec un projet à préparer. Je crois qu’il y avait 3 interviews aussi. On les passait individuellement.

Au niveau du travail en groupe, c’était chouette parce qu’on pouvait voir comment on se positionne naturellement dans une équipe et parce que le projet était lié au digital et l’IT. 

Pendant BeCode 


A: Comment s’est passé le début de ta formation ? Comment était la dynamique de groupe les premiers mois ? 
N: Pour moi, c’était un peu différent: j’avais été une semaine avant le début de la formation pour me préparer un petit peu. On avait une semaine de battement pour se préparer avec des petits exercices qu’on trouvait nous-mêmes. C’est vraiment chouette parce qu’on était en petits groupes. On a commencé à créer des liens, à voir les locaux, etc. Malheureusement, il y a eu un cas Covid dans le petit groupe. Et donc, on a commencé la formation à distance, pendant 14 jours. J’ai raté un peu le début et quand je suis revenu la dynamique de groupe était chouette, il y a vraiment des personnes de tous les horizons, de tous les âges, de toutes origines. Ça, c’est vraiment cool parce que ça amène une cohésion de groupe avec des gens qui ont tous le même but: apprendre. C’est motivant !

A: Quel a été le plus gros challenge pendant ta formation ?
N: Le Covid. C’était quelque chose auquel personne n’était préparé. Travailler de la maison, c’était quelque chose de nouveau et, au départ, c’était dur. Personnellement, je m’y suis habitué et c’est même devenu une force parce qu’on sait que les emplois vont de plus en plus se développer vers du remote. Ça nous a appris à nous débrouiller, mais aussi à travailler en équipe, en utilisant les bons outils.

A: Arrêtons-nous sur la fin de la formation. Lors des 2 derniers mois, il y a une sorte de spécialisation. Comment ça se passe pour toi à ce moment-là ? 
N: C’était difficile, parce qu’en fait les groupes se séparent et il n’y pas assez de suivi par rapport à ça. On est censé avoir le même niveau dans les 2 derniers mois, mais ce n’est pas le cas et ça peut créer des doutes. Il y en a qui apprennent beaucoup plus vite que d’autres. 

Ensuite, on a dû faire un choix entre Node et PHP.  Nous étions peu dans ma promotion à choisir le PHP. C’était un peu plus dur pour nous parce qu’il y a avait moins de personnes à qui demander de l’aide.

A: Est-ce que tu as des conseils pour quelqu’un qui serait en fin de formation chez BeCode ?
N: D’être motivé et patient parce qu’après BeCode il faudra continuer à apprendre et pas forcément être dans l’attente d’avoir un travail directement. Peut-être planifier 2-3 mois en plus dans leur tête afin de se préparer mentalement et continuer à approfondir certaines technologies, en fonction de ce qui est demandé sur le marché de l’emploi. Il faut saisir la moindre opportunité de projet qui se présente.

A: Dans ton cas, tu as participé à un hackathon. Est-ce que tu peux un peu expliquer le projet ?
N: Oui, il y en avait un prévu avec BeCode mais il a été annulé avec les mesures sanitaires qui ont été prises en novembre. Ce n’était plus possible de garder l’esprit du hackathon. Passer 48 heures les uns sur les autres, c’était anti-covid.
Par contre, j’ai trouvé un autre hackathon, en ligne, organisé par Futurocité et SmartCity dans la région de Namur. C’était sur base de l’Open Data, c’est-à-dire que la commune a rendu certaines données accessibles et nous permettait de les utiliser pour créer des services. En l’occurrence, il fallait créer une application pour les étudiants de la commune de Fernelmont. On a décidé d’y participer, avec 3 autres BeCoders: Yassine, Bryan et Sylvain

A: Comment décrirais-tu cette expérience ?
N: C’était une super expérience parce que c’était ma première incursion dans le monde du travail en tant que développeur. On a dû produire une application de A à Z en 48 heures (les 2 et 3 février 2021 ndlr.). On avait juste une idée, et on a dû la développer en un concept, un design et, finalement, une appli. Le tout en 48 heures. On s’est débrouillés et on est arrivé troisième. Ça a débouché sur un contrat avec la commune de Fernelmont, et sur un site qui est désormais en ligne (http://www.fernelmove.be/login). Ça nous a donné envie de continuer le projet mais pas uniquement pour d’autres communes de Belgique. Pour les intéressés, n’hésitez pas à nous contacter !

A: Comment ça s’est passé par rapport à la formation ? Est-ce que vous avez eu le temps de combiner les 2 ?
N: On a demandé à notre coach (Diogo) si on pouvait y participer et il a répondu positivement, que cela nous ferait une bonne expérience. On a raté 2 jours de projet BeCode mais ça en valait la peine.  

A: Est-ce que c’était 3 personnes avec qui tu avais l’habitude de travailler chez BeCode ou c’était les personnes intéressées par le Hackathon ?
N: C’était la première fois qu’on travaillait ensemble. Il a fallu qu’on s’adapte très vite les uns aux autres. 

Après BeCode

A: Est-ce que tu as eu des retours positifs par rapport à cet hackathon ?
N: Plusieurs, oui. À ce moment-là, j’ai beaucoup posté sur les réseaux pour partager notre expérience et ça a fonctionné. Une entreprise m’a repéré et a beaucoup aimé mon profil. Ils m’ont proposé un stage. Malheureusement l’aventure ne s’est pas prolongée après le stage. Depuis, je continue à me former et je reste à l’affût d’opportunités d’emploi.

A: Une dernière question pour terminer: est-ce que tu es encore en contact avec les gens de ta promotion ?
N: On est encore en contact avec ceux avec qui j’ai participé au Hackathon. On se parle régulièrement, on a prévu de faire des city-trips ensemble. On est allé faire un escape game à Chimay il n’y a pas longtemps.
Il y en a d’autres avec qui on continue à se voir, mais sinon on discute surtout sur Discord ou via WhatsApp.


Merci beaucoup d’avoir partagé ces souvenirs avec nous ! On te souhaite le meilleur et on reste à ta disposition si besoin.

Latest news

Recent articles

AI & Data Science Trainer / Coach

AI & Data Science Trainer / Coach

Job overviewAt BeCode, we have 1 mission: enabling tomorrow’s digital talents to blossom. We believe that education makes anything possible. Since 2017, BeCode has been offering inclusive coding bootcamps to jobseekers to start their career in the ICT sector as a web...

WebDev Trainer / Coach

WebDev Trainer / Coach

Job overviewOur trainers are learning sherpas, who know shortcuts in the mountains our learners (also called juniors) have to cross to acquire the necessary soft and hard skills required by the job market. By using our pedagogic framework of 7 pillars and leading the...